Retrouvez toutes nos actualités :

Donnez du "soleil" à l’activité maraichère au Sénégal, au service des populations !

Le 12/02/2020

Porté par les bénéfices dégagés par l'activité de tri textile qui instaure une relation d’égal à égal où chaque pays tire profit de la démarche, le Relais Sénégal, a décidé en 2011, de lancer dans le petit village de Terokh, une activité socio-économique pourvoyeuse d'emplois : le maraichage. Le Relais Sénégal a démarré l’activité avec la culture de tomates, piments et papayes tout en privilégiant l’activité manuelle, créatrice d’emplois, plutôt qu’une mécanisation à outrance. Grâce à ce projet, plus de 20 personnes parviennent à gagner au fil des ans, des revenus mensuels et réguliers. Dans un cadre respectueux de l’environnement (sans pesticides, système d'agroforesterie avec une fertilisation organique …), le Relais Sénégal a débuté en 2014 la culture de l’Artémisia Annua pour lutter, notamment, contre le paludisme, grand fléau en Afrique. 

Pourquoi le Relais Sénégal a besoin de vous  ? 
Pour avoir de beaux légumes, il faut de l’eau. Mais, la pompe demande beaucoup d’énergie fossile importée
(fuel lourd, charbon, gasoil...). Par rapport au COÛT EXORBITANT DE CETTE ÉNERGIE, le jardin maraîcher doit
diminuer ses surfaces cultivables ou RÉDUIRE SES COÛTS D’IRRIGATION...
Ce qui bloque le développement socio-économique de l’activité de maraichage.
-> La seule solution serait l’installation de panneaux solaires alimentant les pompes d’irrigation.

Le Relais Sénégal souhaite continuer à développer son combat de lutte contre l’exclusion, être au service des populations, encore plus respectueux de l’environnement mais il a besoin d’AIDE pour mettre en place ces panneaux solaires.

Vous souhaitez aider le Relais Sénégal à assurer un avenir serein à l’activité maraichère de tant sur le plan humain, économique et environnemental ?


Une campagne de don sur Blue Bees, plateforme de finance participative dédiée à l’agroécologie a été lancé. Vous découvrirez notre problème et que le don peut être défiscalisé.

En 1 an, l’activité de rénovation des Toits de l’Espoir évite 4,5 millions de km parcouru en équivalent C02

Le 18/06/2019

Un logement rénové c'est un logement mieux isolé qui permet de diminuer la facture énergétique car la consommation d'énergie pour chauffer le logement est plus faible. En consommant moins d'énergie on émet moins de gaz à effet de serre (CO2).
Par an, grâce aux Toits de l'Espoir, 30 logements en moyenne sont restaurés. Ce qui permet :
- de diminuer au total de 50 000 € la facture énergétique
- d’éviter l’émission de 120 tonnes d'équivalent CO2 (1 tonne équivalent CO2 = voiture thermique qui aurait parcouru 8 500 km. 120 tonnes équivalent CO2 = 1 millions de km parcouru.)



Source PIG des Toits de l’Espoir et ADEME