Les Toits de l’Espoir réhabilite de vieilles habitations souvent vacantes pour y reloger décemment les familles les plus en difficulté.

 

 

Historique

Membre du Relais, l’entreprise « les Toits de l’Espoir » est née en 1996, en réponse au besoin croissant de logements sociaux.


Depuis la création du Relais en 1984, le Mouvement Emmaüs se trouvait devant une problématique humaine et logique : après avoir aidé des familles à se remettre au travail, il fallait les sortir de la précarité de leur logement. Certes, les communautés Emmaüs avaient trouvé des solutions d’urgence, mais devant le développement du Relais (plus de 2 600 salariés aujourd’hui), c’était au dehors des communautés que l’issue était possible, dans le parc immobilier privé. 


Membre d’Emmaüs France, Marc Mordacq, le fondateur des Toits de l’Espoir, avait déjà une expérience du logement. Il a eu l’idée de professionnaliser la rénovation de biens anciens pour en faire du logement à destination des personnes à revenus modestes.


Peu à peu, ce qui avait pour vocation de fournir un toit aux salariés du Relais est devenu une réponse au manque de logements pour les familles en grande difficulté du Nord-Pas-de-Calais, puis de la région parisienne, Picardie et maintenant en Bourgogne/Rhône-Alpes au rythme de 150 logements par an.



La recette

La recette est originale : fabriquer du logement social en sollicitant des fonds publics et des investisseurs privés, et en s’appuyant sur un réseau d’entreprises du bâtiment partenaires. L’avantage pour le propriétaire est de faire financer une partie des travaux de réhabilitation par l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) et par les communautés de communes.

Les propriétaires voient leur intérêt en retrouvant un bien rénové à bas coût. 
Les locataires peuvent ainsi se loger dans de bonnes conditions. 

   



Une démarche dans la continuité de l’action d’Emmaüs et du Relais

La philosophie des Toits de l’Espoir est celle d’Emmaüs et du Relais. Elle vient directement de l’Abbé Pierre : le soutien aux personnes déshéritées, selon un principe qu’il a toujours défendu : « La misère ne se gère pas, elle se combat ». Ceux que le marché locatif ne veut pas, l’entreprise les prend en charge en leur proposant un logement entièrement rénové, qui participe de leur réinsertion.

 

 

Le Relais, une entreprise pas comme les autres

Le Relais est un réseau d’entreprises qui agit depuis plus de 30 ans pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, par la création d’emplois durables. Membre d’Emmaüs France, il base son action sur la conviction que le retour à l’emploi des personnes en difficulté est un moyen de les aider à préserver leur dignité et à retrouver une place dans la société. Il a développé pour cela plusieurs activités économiques, qui lui ont permis de créer à ce jour plus de 2 600 emplois.

Parmi-celles-ci, la collecte / valorisation textile a connu un rapide développement. En quelques années, le Relais a développé une véritable filière industrielle, se hissant au rang de leader français : seul opérateur à maîtriser toute la chaîne de la valorisation textile, il assure aujourd’hui 60 % de la collecte en France, gère 19 centres de tri et valorise 97 % des textiles collectés.

Le Relais a aussi inventé un modèle d’entreprise innovant, l’Entreprise à But Socio-économique, qui place son développement au service de l’Homme.